Claude AVELINE

Lot 3
Aller au lot
120 - 150 EUR

Claude AVELINE

Manuscrit autographe de la préface de la première édition de «La double mort de Frédéric Belot» (1932). 21 pages, in8, bradel demi-vélin, dos lisse, pièce de titre, couverture avec titre manuscrit. Manuscrit avec corrections et ratures, signé de de son monogramme, avec un billet autographe signé Claude Aveline daté du 1er septembre 1985 pour Max (Max Philippe Delatte) «à qui pourrait mieux cette apostrophe de lecteur, et pour ton anniversaire, puisqu'il figure sur un acte de naissance, celui de Frédéric Belot, l'authentique ?
Nous aurons toujours de quoi nous faire écho». Préface de ce célèbre roman policier paru aux éditions Grasset, où l'auteur apostrophe le lecteur en le tutoyant «Lecteur, si tu es pressé de savoir comment le commissaire Frédéric Belot a pu mourir deux fois, abandonne cet avant-propos. Pour te montrer dès l'abord que tu n'y trouveras que considérations générales, réflexions théoriques, bref, inutilités, nous l'avons imprimé en petit caractères...» Puis défend la qualité littéraire du roman policier «En France, les vrais écrivains, ceux qui se soucient de construire une oeuvre, ont peur de la formule dite policière. Ce sont eux qui ont tort, non la formule...Le malheur est que, quand un genre est déconsidéré, celui qui s'y consacre en arrive à se négliger...». Claude Aveline, l'écrivain qui, le premier, a donné au roman policier ses lettres de noblesse, dixit Boileau- Narcejac. Joint: Le bon à tirer et long envoi autographe adressé à Max, daté du 30.11.45, de la deuxième édition de son célèbre roman «Le Prisonnier», paru aux éditions
Emile-Paul, 1946, in-12, bradel demi -toile. Nombreuses corrections, l'édition originale parue en 1936. Roman qui inspira Albert Camus pour «L'Etranger» paru en 1942 à
Alger. Ils se sont rencontrés en 1937 au cours d'une interview à radio Alger. Les Muses Mêlées, 1926, in-12 broché, avec envoi adressé à Franz Toussaint
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue