AUDENARDE (Flandres), fin XVIe siècle

Lot 571
Aller au lot
25 000 - 30 000 EUR

AUDENARDE (Flandres), fin XVIe siècle

Beau PANNEAU DE TAPISSERIE en laine et soie, à décor de feuilles de choux ou aristoloches et de bêtes féroces. En haut au centre un gerfaut, puis à mi-hauteur à gauche un griffon s'attaquant à un cheval de Prjewalski. Dans le haut de la tapisserie un château Renaissance et son village sur fond de montagnes. Belle bordure à décor de guirlandes de fleurs, feuilles et fruits.
H. 275 L. 280 cm

Réf: Une tapisserie similaire est reproduite dans l'ouvrage de Jacqueline Boccara «Ames de laine et de Soie» aux éditions d'art Monelle Hayot, page 67. Celle-ci est nommée «Feuille de choux au Taureau» où l'on voit un Auroch et un Phénix.
C'est en effet aux «verdures» qu'Audenarde doit sa célébrité, et cette réputation est restée attachée à cette ville. Ces tapisseries à verdure d'Audenarde étaient déjà exportées vers l'Italie en 1538. Les cartons des «verdures» dont le fond était rempli de plantes à grandes feuilles, probablement des feuilles d'acanthe et non des feuilles de choux, et peuplé d'animaux et d'oiseaux de toutes sortes, étaient généralement utilisés à tour de rôle et selon la disponibilité des métiers et des prix dans les centres d'Enghien, de Gramont et d'Audenarde, très proches les uns des autres.
Ces tapisseries étaient peuplées d'animaux aussi bien nobles que fantastiques, et même légendaires, racontant des histoires de chasse, de conte et de légende. En des époques où l'on confondait volontiers le réel et le fabuleux, certains animaux avaient une place particulière dans l'imaginaire populaire, comme le griffon, à tête d'aigle et corps de lion, et le cheval de Prjewalski, d'aspect massif à grosse tête, jamais domestiqué par l'homme.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue